NEXTSTEP V2.2 BÊTA

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email

Après avoir renoncé à son projet d’IPO cet été puis rompu ses négociations avec le Spac Dee Tech en début d’année, le spécialiste de la livraison de colis passe sous le contrôle de l’armateur CMA CGM qui le valorise environ 570 M€.

LA VENTE DE COLIS PRIVÉ aura connu plusieurs rebondissements avant sa conclusion fin janvier. Le petit concurrent de La Poste avait d’abord planché au printemps dernier sur une IPO lorgnant sur une valorisation entre 600 et 800 M€, mais le marché aurait douché ses attentes et l’offre a été retirée en juillet 2021. Qu’à cela ne tienne, les deux actionnaires majoritaires de Colis Privé, Eric Paumier et Frédéric Pons, ne renoncent pas à la Bourse pour autant et décident de passer par la case Spac. En novembre, Dee Tech, le premier Spac français à vocation technologique, annonce son projet de rapprochement avec le spécialiste de la livraison de colis pour une valorisation autour de 550 M€ et l’ambition de créer « un champion européen de la logistique e-commerce ». Lancé en juin dernier par trois célébrités de l’entrepreneuriat Tech, Marc Menasé, Michaël Benabou et Charles-Hubert de Chaudenay alliés à la MACSF et à l’investisseur en private equity Idi, Dee Tech devait donc inaugurer le premier investissement de la nouvelle vague de SPAC « made in France » qui peinent à trouver des cibles attrayantes.

Coup de théâtre. Tout s’annonçait sous les meilleurs auspices avant le coup de théâtre du 28 janvier quand par un communiqué laconique, Dee Tech annonce la fin du projet de rapprochement avec le groupe Colis Privé « en l’absence d’accord sur les modalités de mise en oeuvre d’un projet industriel commun ». Dans le cadre du dénouement de leur relation, le Spac annonce avoir perçu « une indemnité transactionnelle de 8,5 M€ ». Deux jours plus tard, une part du mystère sera éclaircie avec l’annonce de CMA CGM de la reprise de 51 % du spécialiste de la livraison à domicile pour 291 M€, d’après les déclarations de son pdg Rodolphe Saadé sur BFM Business. Le troisième armateur mondial, qui affiche une santé insolente avec un profit net décuplé cette année à 18 Mds$, poursuit ainsi sa diversification dans le secteur de la logistique. En 2019, le groupe marseillais avait racheté Ceva Logistics, devenant ainsi le numéro cinq mondial de la gestion d’entrepôts. Avec le rachat de Colis Privé, il se positionne en force sur le boom du e-commerce et couvre le dernier maillon manquant de sa chaîne logistique en France. « Cette opération nous permettra de proposer des solutions logistiques maîtrisées de bout en bout auprès de nos clients e-commerce, pour qui le dernier kilomètre est une étape critique », a déclaré Rodolphe Saadé. Pour Frédéric Pons et Eric Paumier, cet adossement est une issue inespérée après les deux tentatives avortées de coter leur pépite, de loin l’actif le plus rentable de leur groupe de logistique Hopps Group, lesté par les pertes de sa filiale spécialisée dans la distribution de tracts publicitaires, Adrexo. « Cette opération permettra à Colis Privé d’accélérer son développement en France et à l’international grâce aux synergies et complémentarités avec les activités de Ceva Logistics. Nous sommes particulièrement fiers de construire avec CMA CGM, un pôle d’excellence logistique basé à Marseille qui contribue au rayonnement économique de la Région Sud au niveau mondial », se félicitait le duo au moment de l’annonce

.

Un modèle de sous-traitance. Colis Privé avait à l’origine été créé en 1993 par Yves Rocher en pleine grève de La Poste, puis repris par Spir Communication en 2006 avant d’être racheté en 2012 par Frédéric Pons et Eric Paumier pour être logé dans le giron du groupe aixois Hopps constitué par la reprise de plusieurs sociétés en difficulté. Depuis, le petit poucet de la livraison a su surfer sur l’explosion du e-commerce et développé un modèle « asset-light » basé sur des prestataires sous-traitants lui permettant de servir un portefeuille de clients composé de plus de 200 acteurs du e-commerce, dont le géant américain Amazon qui a pris une part minoritaire de son capital en 2014. « Colis Privé se différencie véritablement des autres par sa plateforme technologique unique qui s’appuie sur des opérateurs tiers du dernier kilomètre, un profil financier attractif avec un solide historique de performance et un profil RSE de meilleures pratiques », vantait Marc Ménasé, DG de Dee Tech avant la rupture du mariage prometteur entre le Spac et le logisticien. Colis Privé a ainsi quadruplé son volume quotidien moyen d’environ 74 000 colis livrés en 2013 à plus de 270 000 colis livrés au 30 juin 2021, avec des pics à plus de 420 000 colis livrés par jour. Au cours de la période 2012-2020, Colis Privé a affiché un taux de croissance annuel moyen de son chiffre d’affaires de 21 %. Une montée en puissance appuyée sur un modèle numérique et des solutions logicielles conçues en propriété, ainsi qu’un réseau fait de quatre hubs et de 101 agences. Grâce à ce maillage territorial, Colis Privé assure la livraison des envois qui lui sont confiés sous 48 heures, de plus en plus en 24 heures. L’entreprise fait partie des grands gagnants de la crise sanitaire avec l’accélération de la digitalisation des petits commerçant pendant les périodes de confinement. En 2020, le secteur du e-commerce a atteint 112 Mds€, en hausse de 8,5 %, par rapport à 2019 et devrait atteindre 154 Mds€ en 2025. Si Colis Privé reste un tout petit joueur face aux mastodontes, comme Colissimo (La Poste), DHL ou UPS, il profite de son agilité et de son modèle ubérisant pour grignoter des parts de marché et nouer des partenariats avec les gros acteurs sur le dernier kilomètre, comme il l’a fait en janvier avec DHL. Depuis le premier trimestre 2021, il propose également une nouvelle offre complémentaire de livraison en relais, grâce à son concept Colis Privé Store, un réseau de relais de dépôt et de collecte chez des commerçants indépendants de type « Pick-Up & Drop-off » (PUDO), afin de répondre à la demande des consommateurs pour ce type de service.

Cap à l’international. L’entreprise aixoise a terminé 2021 avec un chiffre d’affaires estimé à 270 M€, en progression de 15 % par rapport à 2020 et de 69 % par rapport à 2019. Son Ebitda a quant à lui crû de 22 % en 2021 à 27 M€. Colis Privé promet de faire encore mieux avec une croissance de son chiffre d’affaires d’environ 25 % à l’horizon 2022 et un taux annuel de croissance de 20 % pour la période 2023-2025. Le prochain levier d’accélération se jouera hors des frontières hexagonales. Colis Privé qui opère avec des acteurs du e-commerce par essence internationaux, a décidé de pousser les feux et de s’étendre en Belgique et au Luxembourg en s’appuyant sur 35 partenaires pour les livraisons. Doté d’une plateforme en mode « SaaS » (logiciel en ligne) lancée au second semestre de 2021, Colis privé a aussi noué un partenariat au Maroc, opérationnel depuis octobre. Sa reprise par le troisième armateur mondial devrait lui faire gagner du temps, comme le promettait fin janvier Rodolphe Saadé, pdg du groupe CMA CGM : « En s’appuyant sur la présence mondiale de notre filiale Ceva Logistics, notre ambition sera de développer Colis Privé à l’international, en commençant par l’Europe où l’entreprise est déjà implantée ».

A découvrir sur NextStep :

NextStep

Télécharge gratuitement le dernier numéro de NextStep :

NextStep

Ne manquez aucune des dernières publications de NextStep, le magazine de la croissance des entreprises : M&A, Restructuring, Private Equity :

CE MOIS-CI DANS NEXTSTEP :

PORTRAIT :
ACCOR,
SE TRANSFORMER
POUR RÉUSSIR