Le gouvernement met en place un plan d’urgence de soutien aux start-up

Ce plan d’urgence constitué sous la forme d’aides de près de 4 milliards d’euros vise à soutenir les start-up, des start-up fragiles par essence, face aux conséquences désastreuses provoquées par la crise du COVID-19 pour leur équilibre, leur pérennité et plus particulièrement pour leur trésorerie.

Elles pourront ainsi bénéficier de mesures spécifiques auxquelles s’ajoutent par ailleurs celles offertes à l’ensemble des start-up.

Cette aide ciblée se constitue en 4 mesures : une enveloppe de 80 millions d’euros, financée par le Programme d’investissements d’avenir et gérée par Bpifrance, afin de financer des bridges entre deux levées de fonds,  des prêts de trésorerie garantis par l’Etat pouvant aller spécifiquement jusqu’à deux fois la masse salariale France 2019, ou, si plus élevé, 25 % du chiffre d’affaires annuel comme pour les autres start-up, le remboursement accéléré par l’Etat des crédits d’impôt sur les sociétés restituables en 2020, dont le crédit impôt recherche pour l’année 2019, et des crédits de TVA et le versement accéléré des aides à l’innovation du PIA déjà attribuées mais non encore versées, pour un montant total estimé de 250millions d’euros.

Pour Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique: « Les start-up ont un poids croissant dans l’économie, en particulier dans les emplois.

Elles développent également des produits et services innovants dont l’utilité est d’autant plus reconnue par les Français dans le contexte du confinement, notamment pour la téléconsultation, le télétravail ou la livraison. 

Du fait de la spécificité de leur modèle de développement, il convenait de prendre des mesures d’urgence dédiées afin de soutenir, aux côtés de leurs actionnaires, celles dont l’activité est fortement affectée par le COVID-19. Au total, ce sont près de 4 milliards d’euros dont vont pouvoir bénéficier les start-up pour leur trésorerie. »