50 fonds d’investissement s’engagent à financer 25% de startups fondées par des femmes d’ici 2025.

Le collectif SISTA, en partenariat avec le conseil national du numérique, a signé le 17 octobre, la charte SISTAxCNNum de bonne conduite visant à atteindre 25% d’entreprises fondées ou co-fondées par des femmes d’ici à 2025.

La charte a pour objectif de lutter contre la très mauvaise représentation des femmes dans le processus de financement des startups.

Parmi les fonds signataires, figurent Citizen Capital, Ring Capital, la BPI, ISAI, Truffle Capital, Next Stage, ou encore Newfund.

Les investisseurs s’engagent :

● à mesurer la place du genre dans leurs portefeuilles et à communiquer leurs données annuellement afin de permettre une meilleure prise de conscience collective ;
● à adopter des pratiques de recrutement inclusives en repensant les process existants tels le langage des annonces d’emploi, les questions en entretien ou encore l’évaluation des candidatures ;
● à adopter des pratiques d’investissement inclusives en repensant les process existants tels les questions posées aux femmes et à mettre en place des “office hours” (ou créneaux réservés de rendez-vous à destination des femmes entrepreneures) ;

« Grâce à nos avancées, la France deviendra le premier pays où les acteurs de l’investissement s’engagent publiquement à doubler le pourcentage de fonds alloués aux femmes” explique Tatiana Jama, Présidente du collectif SISTA et pilote du groupe de travail dédié au sein du CNNum.

Pour rappel, selon le rapport SISTA/BCG 2018 publié en amont de la signature, les équipes féminines de startups ont 30% de chances en moins de lever des fonds par rapport aux équipes masculines et ne récoltent que 5% des fonds alloués chaque année aux jeunes entreprises innovantes par les fonds de capital risque français.

Les femmes ne représentent que 9% des fondateurs de startups, rapportant pourtant 2,5 fois plus à leurs investisseurs que les startups masculines.