Les AG version « en ligne »

Vendredi dernier avait lieu l’assemblée générale du Groupe Elior, première entreprise du SBF 120 a tenir son AG dans le contexte de confinement imposé par la crise du Covid-19.

Dans le contexte sanitaire actuel, Bercy a autorisé les  entreprises à organiser leur assemblées générales à huis clos. Ainsi, Elior a invité ses actionnaires à voter par correspondance ou à donner procuration au président de l’assemblée :  140 actionnaires se sont connectés pour participer à cette AG inhabituelle.

Cette assemblée, préenregistrée la veille de sa diffusion a réuni comme la loi l’impose le bureau  de l’AG composé du président, de deux scrutateurs et d’un secrétaire, à l’issue de laquelle l’ensemble des résolutions ont été adoptées.

Si la société de restauration collective a créé des émules, à l’instar de l’Oréal  qui diffusera la sienne le 21 avril prochain  « en direct et en intégralité »,  toutes les entreprises ne s’inscrivent pas pour autant dans ce mouvement d’AG «en ligne ». Nombreuses sont celles qui ont en effet préféré reporter la leur à l’image de Nokia, Bureau Veritas, BASF, Continental, Daimler, Deutsche Telekom.

Ces AG d’un nouveau genre soulèvent également des préoccupations chez certains actionnaires qui craignent un retour à l’utilisation d’AG comme simple chambre d’enregistrement. Si la Sicav Phitrust Active Investors France demande ainsi que soit décalée de quelques mois la tenue des AG des entreprises, ces reports soulèvent des interrogations sur la conduite opérationnelles des entreprises car comment voter ses comptes annuels, nommer de nouveaux administrateurs…. sans assemblée générale ?